Neuvième Journée de la protection des données

Lors de la 9e Journée internationale de la protection des données, nous avons organisé une table ronde à la Maison des générations de Berne sur la problématique de la protection des données des applications de santé et des technologies portables (wearables). Nous avons pu constater le grand intérêt suscité par le sujet.

Les dernières innovations technologiques dans le domaine de la santé ouvrent de nouvelles possibilités à la recherche médicale et modifient durablement notre société. La tendance croissante à l'»automesure corporelle» (quantified self) fait progresser le volume des données de santé de manière exponentielle, et les intérêts commerciaux autour de ces informations sont nombreux. Par conséquent, le risque d'un accès non autorisé à des informations parfois très sensibles est en augmentation. Lors d'une table ronde réunissant des experts de la politique, de l'économie et de la recherche, Hanspeter Thür, Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence, a pu éclairer divers aspects sous un jour critique et placer au centre des débats l'importance de la prise de conscience de la protection des données et de l'autodétermination en matière d'information.

Lors d'une discussion animée, les experts ont analysé sous un angle critique et diversifié le sujet de la protection des données autour des applications de santé et des technologies portables («wearables»). Bien que les représentants de la recherche et de l'économie soient globalement favorables à l'automesure numérique et y voient des avantages pour les patients, ils sont conscients du risque lié au traitement de données de santé. Hanspeter Thür a souligné que la protection des données devrait être prise en compte dès la phase de développement de nouvelles technologies (privacy by design) et exige des configurations propices à cette protection (privacy by default). Sur le plan politique, un renforcement de la loi sur la protection des données est donc à prévoir. Le Préposé estime que la Suisse doit demeurer exemplaire en matière de protection des données et ne pas perdre de terrain par rapport à l'Union européenne car cela aurait également des conséquences négatives pour l'économie helvétique.

La table ronde avec participation du public a permis de couvrir largement le sujet de la protection des données, de sorte que les domaines de la cybersanté (eHealth) et des mégadonnées (big data) ainsi que les aspects éthiques ont pu être abordés.

https://www.edoeb.admin.ch/content/edoeb/fr/home/documentation/rapports-d-activites/22e-rapport-d-activites-2014-2015/neuvieme-journee-de-la-protection-des-donnees.html